Le blog de Damien Anglada

Le blog de Damien Anglada
13 Sep 2013
02:45

Thierry Schneider : Un amoureux de Balvenie

Damien Anglada : Comment es-tu tombé dans l’univers du whisky ?

Thierry Schneider : « Plus jeune, j’avais déjà une première idée de ce que pouvait être le whisky. J’ai toujours vu mon père boire des blends. Une fois parti de chez mes parents et installé dans mon appart, j’ai découvert le Jack Daniels classique que je buvais en cocktail, puis la référence Single Barrel que je dégustais pure. En 2008, j’ai fait la rencontre d’un voisin amateur de Single Malts et c’est au cours d’un apéritif chez lui qu’il m’a fait découvrir plusieurs whiskies ».

D.A : Te rappelles-tu des débuts ?

T.S : « J’ai commencé à acheter différentes bouteilles. D’ailleurs, la toute première était un Glenfiddich 21 ans. Je me rappelle qu’il y avait la signature de David Stewart sur l’étiquette. Comme quoi, c’était déjà un signe. Par la suite, en faisant mes courses en grande distribution, j’ai reçu un coupon de réduction pour le Balvenie 12 ans Doublewood que j’ai alors acheté. J’ai ensuite découvert le 14 ans Cuban Selection et le 15 ans Single Barrel ».

D.A : Pourquoi The Balvenie a fait la différence ?

T.S : « En fait, c’est en allant un jour à la Maison du Whisky que je me suis aperçu qu’il existait d’autres références de la marque. En rentrant chez moi, j’ai commencé à lire des informations sur la distillerie The Balvenie. J’y ai alors appris que c’était la petite sœur de Glenfiddich, que j’aimais déjà beaucoup. Et pour tout dire, j’ai été séduit par son histoire, ses valeurs, ce côté artisanal, le fait qu’ils cultivent l’orge sur place, qu’ils maltent encore l’orge sur leur propre aire de maltage, etc. En plus, le site Internet est très bien fait, didactique et explique clairement l’univers de cette distillerie ».

D.A : Quelle est ta référence préférée et celle que tu aimes le moins ?

T.S : « Mon Balvenie préféré est le Portwood 21 ans. C’est vraiment celui qui, en termes de goût, me plait le plus. Je pourrais en boire tout le temps ! J’aime bien aussi le Craftman’s Reserve. C’est un 15 ans brut de fût en fût Sherry, vraiment tout autre chose, mais pas mal aussi ! Celui que j’aime le moins ? …  Bah, il  n’y en pas … » !

D.A : Comment l’idée de cette collection t’est-t-elle venue ?

T.S : « Au fil du temps, mes goûts se sont précisés et c’est le profil Balvenie que j’ai adoptéJ’ai alors commencé à chercher sur Internet des vieilles bouteilles de la marque. Pas forcément pour les collectionner, mais pour les boire. Une fois les bouteilles vides, j’ai eu l’idée de commencer une collection, mais cette fois-ci, de bouteilles fermées ».

D.A : Alors où en est cette collection ?

T.S : « Aujourd’hui, j’ai 40 bouteilles fermées toutes différentes et 24 ouvertes.  Je les récupère essentiellement via les sites d’enchères sur Internet mais pas toujours car la dernière bouteille ajoutée à ma collection, c’est le 12 ans Single Barrel First Fill que j’ai achetée à l’épicerie Julhès.  Cet été, j’ai également craqué pour la gamme des Triple Cask, les 12, 16 et 25 ans, achetés en duty free, sur un bateau entre la Finlande et la Suède ».

D.A : Quel est le joyau de ta collection ?

T.S : « Un joyau, peut-être pas, mais disons que celle que je suis très content d’avoir, c’est un vieux Single Barrel 25 ans qui date de 1974, mon année de naissance.  Je l’ai eue sur un site Italien. Sans réfléchir, je l’ai achetée de suite, mais j’avoue qu’elle n’était pas donnée … Sinon, j’aime bien également mes Tun Batch 2, 3 et 5. Et s’il y a bien une bouteille que j’aimerais vraiment avoir, c’est le 40 ans d’âge. D’ailleurs, pour ceux qui ne savent pas quoi m’offrir pour mes 40 ans en février prochain, ce flacon ne serait pas de refus! »

D.A : Enfin, quels bons souvenirs gardes-tu vis à vis de la marque ?

T.S : « Je me souviens de cette magnifique soirée chez le chocolatier Jacques Genin, organisée par la marque. Ca a été un moment inoubliable où l’on a pu déguster le Peated Cask 17 ans avec des chocolats à tomber par terre. J’y ai rencontré David Maire, l’ambassadeur à la distillerie avec qui j’ai beaucoup discuté.  A peine deux mois plus tard, j’ai fait mon premier Whisky Live et là, j’ai eu la chance de rencontrer David Stewart. Maintenant, il ne me reste plus qu’à organiser mon premier voyage en Ecosse pour enfin visiter les distilleries Glenfiddich et The Balvenie ! »

Autres actualités

Icône de Journal
The Balvenie (re)TOUR

L'année dernière fut riche en rencontres et découvertes! Fort de son succès, le Balvenie Tour n'a finalement pas dit son dernier mot et vous invite une année de plus à découvrir de nouveaux artisans Français qui font la fierté de notre beau pays.

Icône de Journal
Retrouvez les photos du Balvenie Tour

Je vous invite à entrer dans l'univers de ces différents artisans qui nous ouvrent leur porte le temps d'une soirée mémorable placée sous le signe de l'artisanat!

Icône de Journal
The Balvenie Tour : 3ème édition!

L'année dernière le Balvenie Tour vous a fait voyager à travers toute la France à la rencontre d'artisans d'exceptions. Il est temps de remonter en selle et de partir à nouveau sur les traces de ces hommes et femmes qui font la fierté du patrimoine français.

Icône de Journal
Un maître de chais dans la ville

Il y a deux ans presque jour pour jour, notre maître de chais David Stewart nous rendait visite à Paris pour inaugurer le lancement du Balvenie 50 ans. Nous l’avons à nouveau accueilli cette année avec au programme : lancement de deux nouveaux 50 ans et master class avec le Rare & Collectors whisky club. Et il n’est pas venu les mains vides ! Retour sur ces deux soirées d’anthologie.

Icône de Journal
Et la lumière "fût"

La distillerie The Balvenie est l’une des seules aujourd’hui à posséder sa propre tonnellerie et ses propres artisans tonneliers qui entretiennent et réparent chaque jour des centaines de fûts. Ces derniers jouent un rôle crucial car ils confèrent au whisky, parfums, arômes et complexité. Petit tour d’horizon de ce qui est et de ce qui « fût » chez The Balvenie.

Anciennes actualités »